Choisissez un transparent
X
Harelde kakawi, Mark Peck
Photo © Mark Peck

Photo: Mark Peck
Indices de nidification - Harelde kakawi
Indices de nidification
Abondance relative - Harelde kakawi
Abondance relative
Probability of observation - Harelde kakawi
Probabilité d'observation

Cliquez pour obtenir une version agrandie ou pour ajouter des transparents

Harelde kakawi
Clangula hyemalis
Association d'habitat:

Cliquez sur le graphique pour consulter un tableau des valeurs
Statut de conserv.:
SRANK: Widespread Breeder (S4B)
Nombre de parcelles
ConfirméProbablePossiblePoints d'écoute
6 72 48 290
Tendances BBS à long terme
RégionAnnéesTendance (interv. de conf.) Fiabil.
Canada1989 - 2015 -3.51 (-8.86 - 4.92)Low

Abondance moyenne (nombre d'oiseaux détectés par point d'écoute de 5 min.) et pourcentage des parcelles occupées par région

Régions de conservation des oiseaux [graphique abond.] [graphique %parcel.]
Plaine et cordillère arctiquesForêt mixte boréaleForêt coniférienne boréale
Abond.%Parcel.Abond.%Parcel.Abond.%Parcel.
0.2793% 0.00% 0.00%
Plaines de la taïga boréaleMarmites torrentielles des PrairiesTaïga du bouclier et plaine hudsonienne
Abond.%Parcel.Abond.%Parcel.Abond.%Parcel.
0.00% 0.00% 0.4221%

Caractéristiques et aire de répartition Autrefois nommé Canard kakawi, l'Harelde kakawi est un petit canard de mer très loquace qui possède un plumage spectaculaire. Pendant la période de reproduction, les mâles sont en grande partie brun foncé, avec des joues et des parties inférieures blanchâtres. Les femelles ne portent pas de marques aussi franches et ne possèdent pas les longues plumes centrales de la queue que l'on retrouve chez les mâles. Durant l'hiver, le plumage comporte davantage de blanc chez les deux sexes. À la différence des autres espèces de canards, l'Harelde kakawi subit trois mues partielles chaque année. Son aire de reproduction circumpolaire va de 80° N vers le sud jusqu'à la baie d'Hudson et au Labrador; il niche dans la toundra et la taïga (Robertson et Savard, 2002). Bien que l'hivernage se fasse surtout le long des côtes septentrionales des océans Atlantique et Pacifique et sur les Grands Lacs, certains oiseaux hivernent dans la baie d'Hudson, sur les îles Belcher (Gilchrist et Robertson, 2000), et il existe de nombreuses mentions d'oiseaux en migration ou hivernants disséminées sur tout le continent nord-américain.

Répartition, abondance et habitat Les Hareldes kakawis étaient répandues dans la région Plaine et cordillère arctiques, où près de 100 % des parcelles étaient occupées. Dans la région Taïga du bouclier et plaine hudsonienne, l'occupation était d'environ 25 %, surtout dans le secteur du parc national Wapusk, près de Churchill, et à certains des grands lacs situés immédiatement au sud de la frontière terrestre du Nunavut. La répartition observée était très semblable à la répartition indiquée dans The Birds of Manitoba. La probabilité d'observation montrait une distribution semblable. Cette espèce était la quatrième espèce de canard la plus commune et l'espèce de canard plongeur la plus commune dans toute la région des Basses terres de la baie d'Hudson. D'après les estimations, quelque 400 couples se sont reproduits dans une zone d'étude de 4 000 ha, à l'est de l'aéroport de Churchill, dans les années 1970 (Alison, 1975). Les nids sont souvent situés sur de petites îles dans des étangs de toundra et des lacs, parfois très proches les uns des autres ou au voisinage de ceux d'Eiders à duvet ou de Sternes arctiques, et ordinairement à proximité de l'eau (Jehl, 2004). Pendant la période de reproduction, leur régime alimentaire est principalement constitué de petits invertébrés aquatiques, généralement des espèces localement abondantes.

Tendances, conservation et recommandations L'Harelde kakawi a déjà subi d'importants déclins, en partie en raison de la chasse excessive, mais plus particulièrement à cause des captures accidentelles dans des pêches commerciales qui, dans certains des Grands Lacs, étaient responsables de 15 000 à 100 000 mortalités par année (Ellison, 1956; Robertson et Savard, 2002). Néanmoins, la population nord-américaine semble s'être stabilisée depuis les années 1990, et cette espèce de canard de mer arctique demeure la plus abondante sur le continent. Son statut mondial actuel d'espèce vulnérable est principalement fondé sur les fortes baisses enregistrées dans la population qui hiverne dans la mer Baltique (Birdlife International, 2018a). L'espèce n'est pas couramment récoltée par les chasseurs sportifs, mais elle serait une espèce importante dans la chasse de subsistance des Autochtones (Comité sur la sauvagine du Service canadien de la faune, 2015). Les changements climatiques peuvent avoir une incidence tant sur les populations nicheuses que sur les populations hivernantes.

Rudolf Koes

Citation recommandée: Koes, R. F. 2018. Harelde kakawi dans Artuso, C., A. R. Couturier, K. D. De Smet, R. F. Koes, D. Lepage, J. McCracken, R. D. Mooi et P. Taylor (eds.). Atlas des oiseaux nicheurs du Manitoba, 2010-2014. Études d'Oiseaux Canada. Winnipeg, Manitoba http://www.birdatlas.mb.ca/accounts/speciesaccount.jsp?sp=LTDU&lang=fr [17 janv. 2022]

Bird Canada Privacy Policy | Accessibility Policy
Manitoba Breeding Bird Atlas, Bird Studies Canada, Box 24-200 Saulteaux Cr Winnipeg, MB R3J 3W3
Phone: 1-888-448-2473 E-mail: hello@birdscanada.org
Banner photo: Christian Artuso